Sophe Deleval - Showcase Ingram Micro 2020

Le Showcase Ingram Micro devient numérique

Grâce aux moyens engagés par Ingram Micro, le grossiste réussit la digitalisation de son salon traditionnel.

Sur le même sujet
Nov 2020
Par Vincent Verhaeghe

Pour une institution tel que le Showcase, passer en digital constituait un pari risqué. Grâce aux moyens mis en place par Ingram Micro, l’expérience se rapproche d’un salon traditionnel. Challenge réussi.

Le Showcase Ingram Micro devait changer de formule en 2020. Les restrictions liées à la pandémie ont intensifié cette transformation qui a cherché le meilleur compromis entre un format 100 % digital et la facilité des échanges propres au Showcase. « C’est un grand challenge pour nous, car nous voulions maintenir le maximum de convivialité à distance, à travers nos écrans », a souligné Sophie Deleval, présidente et directrice générale d’Ingram Micro France, à l’inauguration. Une vingtaine de conférences se sont succédé, réalisées par des marques ou les équipes d’Ingram Micro, proposant aux visiteurs un contenu inédit et ancré dans le business. Notons que toutes les présentations étaient en live : les participants posaient leurs questions au cours de vrais échanges. C’était un pari risqué mais la technique a suivi. Les stands virtuels des 55 fournisseurs étaient organisés par secteurs (cloud, cybersécurité, affichage, impression, etc.), et au sein de chaque espace d’exposition, on découvrait les produits ou les solutions tout en discutant par chat ou vidéo, avec les exposants. Les chiffres de l’évènement dépassent les espérances des organisateurs : plus de 1 100 participants dont 705 revendeurs uniques se sont partagé plus de 9 000 visites de stands. Voilà un résultat très encourageant qui démontre que les visiteurs se sont appropriés la version digitale, et qui confirme le dynamisme de l’IT, un des rares gagnants de la crise. « On ne peut pas faire d’économie sur l’IT, c’est le seul moyen d’obtenir une organisation efficace et sécurisée », explique Sophie Deleval, avec, à l’appui, les changements que la crise a opérés au coeur d’Ingram Micro. « Je n’étais pas totalement adepte du télétravail, mais notre organisation fonctionne bien avec, notamment, un système de présentiel une semaine sur deux, afin que les collaborateurs se voient. »

« On ne peut pas faire d’économie sur l’IT, c’est le seul moyen d’obtenir une organisation efficace et sécurisée. »

Sophie Deleval, présidente et directrice générale d’Ingram Micro France

SÉCURITÉ EN VEDETTE, ET NÉCESSITÉ DU SERVICE

Parmi les environnements les plus visités, la cybersécurité tient évidemment la corde. La mobilité, le télétravail et le collaboratif sont les catalyseurs de nouvelles menaces, où « il est indispensable d’investir, car la cyberdélinquance attaque des entreprises en phase de transformation digitale, mais qui n’adoptent pas assez vite les bons outils de sécurité. » Sophie Deleval insiste aussi sur de nouvelles façons d’aborder le marché pour le revendeur, et surtout sur la part croissante du service. « Il vaut mieux équilibrer le transactionnel et le service ; les revendeurs doivent accompagner les clients de façon exhaustive, y compris sur la partie conseil, pour bien identifier les briques à mettre en place. » C’est pourquoi, Ingram Micro a embauché, en la personne de Frédéric Cetlin, un spécialiste du domaine. Enfin, le distributeur veut optimiser la coopération entre les revendeurs, grâce à la mise en commun des compétences, et le travail en commun éventuel sur des projets complexes. À ce titre la proportion de MSP devrait croître dans les prochaines années.

INGRAM MICRO AU SERVICE DES ASSOCIATIONS
En marge du salon, Ingram Micro a tenu à mettre en avant sur le Showcase, six des associations auxquelles contribuent des collaborateurs du distributeur. Chacune présentait son propre stand sur la plate-forme virtuelle pour accueillir les visiteurs, répondre à leurs questions et, pourquoi pas, susciter des vocations. Parmi lesdites associations, on citera Rêves, Choisir l’Espoir, et les Clowns de l’Espoir, qui accompagnent les enfants malades ou leurs proches, ou encore Le Refuge qui vient en aide aux jeunes LGBT rejetés par leurs familles.