Siege de Nomotech

Nomotech comble la brèche numérique

En complétant son offre d’accès au haut débit par des services aux PME et aux collectivités en zones rurales, l’opérateur ouvre des perspectives nouvelles au channel IT de proximité.

Sur le même sujet
Nov 2021
Par Thierry Bienfait

Le sujet est la hantise des édiles. La fracture numérique du pays ne sera pas refermée tant que l’implantation des télécommunications haut et très haut débit ne sera pas achevée. « La population et les entreprises ne voudront pas rester dans des territoires privés d’Internet haut débit, », déplorait en 2000 Jean-Paul Delevoye, alors président de l’Association des maires de France. Trois ans plus tard, les représentants des collectivités territoriales dressaient un bilan mitigé sur les mesures gouvernementales. En 2003, se posait encore la question des zones blanches et des attentes des élus locaux. C’est pour s’attaquer à cette situation, et précisément dans la Manche, qu’un ingénieur télécoms nommé Bruno Weinreich fonde Nomotech, à Poilley, petite commune près de la baie du Mont-Saint-Michel. Alors que les réseaux traditionnels basculent dans l’ADSL, sa société propose aux foyers non éligibles, car éloignés du noeud de raccordement des abonnés (NRA), d’utiliser ses alternatives afin d’accéder à l’Internet haut débit. En effet, Nomotech conçoit, installe et exploite des réseaux de télécommunication, en concertation avec les collectivités. Sa solution réside dans un fonctionnement avec les réseaux hertziens, par un réseau d’antennes qui émettent un signal radio. Afin de capter ce dernier, les utilisateurs doivent être eux-mêmes équipés d’une antenne relais, orientée vers l’une des stations émettrices. Une technologie pour laquelle le financement à consentir par les collectivités locales s’avère nettement moins lourd que les investissements pour les lignes ADSL ou la fibre optique (THD), souligne l’opérateur normand. Fort de sa notoriété grandissante dans ce métier de créateur d’infrastructures réseaux pour la couverture haut débit, Nomotech se diversifie ensuite, tout naturellement, dans une activité de fournisseur d’accès Internet et de téléphonie fixe et mobile, en mode abonnement, pour les particuliers raccordés par ses soins au réseau HD dans ces zones rurales.

La solution très haut débit par ondes radio de Nomotech s’appuie sur la technologie 4G TD LTE.

CRÉATEUR D’INFRAS PUIS OPÉRATEUR D’OPÉRATEURS

En 2010, la société devient ainsi opérateur d’opérateurs pour le grand public, sous la marque Ozone, avant de l’être pour les professionnels, avec Ozone Pro, neuf ans plus tard. Bien sûr, les services Ozone Pro se singularisent de ceux d’Ozone par une offre de valeur adaptée à cette clientèle B2B : débit très qualitatif, sécurisation des réseaux, environnement des postes de travail, visioconférence, etc. Poursuivant une diversification cohérente, pour transporter toujours plus de données auprès de la clientèle, le groupe Nomotech part, en 2013, à la conquête du marché du WiFi, en proposant des solutions alternatives aux ondes radio. Dans son activité d’opérateur WiFi, la société cible les entreprises et les collectivités sous la marque NomoSphère. Enfin, en 2017, elle ouvre sa filiale NomoSense, dédiée à une offre de services IoT clés en main, qui inclut l’ensemble de la chaîne technique, depuis les capteurs jusqu’à la plate-forme de gestion des données. Les usages couvrent la détection d’intrusion, l’analyse de son, et la géolocalisation indoor ou outdoor. Afin de se faire une place dans les services aux collectivités et aux TPE PME, le groupe Nomotech dispose rapidement d’un effectif d’une centaine de salariés, et mise sur la proximité de ses commerciaux de terrain, ainsi que sur la réactivité de son centre d’appels implanté en France, pour les sociétés clientes et pour les revendeurs. Ses bureaux à Paris, Lyon ou Aix-en-Provence, et ses commerciaux itinérants couvrent l’Hexagone : la stratégie se révèle payante. La société ne tarde pas à engranger les fruits de ses succès commerciaux. Elle revendique 30 000 clients et affiche un C.A. de 29 M€ (+20 %) sur l’exercice 2020, dont 83 % provient des abonnements à ses services.

Portrait de Jean Philippe Merlet - Nomotech

« Un service client de proximité est la première des valeurs de notre culture d’entreprise »

Jean-Philippe Melet, président de Nomotech

ACCÉLÉRER SUR LA VENTE INDIRECTE

Pour expliquer cette réussite, les dirigeants actuels de Nomotech, Jean-Philippe Melet et Guillaume du Roure (respectivement président et directeur général associé), évoquent d’abord la maîtrise technologique et la qualité de service, quels que soient l’endroit et les contraintes du client. Par ailleurs, l’ambition de l’opérateur est d’« être un partenaire de chaque PME, de comprendre ses réels besoins et d’adapter [les] offres de connexion à [ses] activités », souligne Guillaume du Roure. Afin de poursuivre son développement en appliquant ces principes, Nomotech envisage des opérations de croissance externe et une augmentation de son capital destinée « à continuer d’investir dans [ses] propres infrastructures et à doubler les effectifs, avec l’objectif de tripler le C.A. d’ici à trois ou cinq ans ». Mais surtout, l’opérateur telco et ses filiales entendent accélérer sur la vente indirecte, dans le but d’accroître sa capillarité. En la matière, leur cible de partenaire idéal est un revendeur intégrateur IT qui adresse une clientèle de PME TPE. « Il doit pouvoir valoriser une grande proximité et une relation de confiance avec les clients », précise Jean-Philippe Melet. En contrepartie, le fournisseur leur propose un one stop shop sur tous les services opérés, à travers un abonnement full package. « Nous rendons simple un usage complexe », assurent les responsables de Nomotech. Cette entreprise d’ingénieurs et de techniciens n’entend en effet capitaliser que sur la relation de proximité que ses partenaires entretiennent avec les clients dans leur transition digitale. A priori, aucun risque de concurrence à redouter : la relation commerciale est réservée au revendeur, tandis que le fournisseur prend en charge tout le back office technique et le support marketing.

Portrait de Guillaume de Roure - Nomotech

« Notre axe de développement commercial prioritaire est de simplifier la vie de nos revendeurs »

Guillaume du Roure, directeur général associé de Nomotech

DATES CLÉS
2003 Création de la société Nomotech
2004 Développement et commercialisation des offres WiFi Max
2005 Déploiement du premier département en WiFi Max
2006 Lancement de l’activité opérateur B2C
2013 Création de la filiale NomoSphère
2016 Prise de participation dans l’opérateur IoT NomoSense, et lancement des offres THD Radio 4G
2019 Lancement de l’activité d’opérateur B2B Acquisitions d’opérateurs B2C : Ozone (2010), Numeo (2011) et Wibox (2014) WiFI : Adaël (2017) et Spot Coffee (2018)

L’AVIS DU PARTENAIRE DYNAMIT
Issu du regroupement d’une société de services et d’un revendeur informatique, DynamIT cible le midmarket. Après trente ans d’existence, le groupe surfe sur la vague des convergences métier à destination du numérique. DynamIT s’adosse, depuis cette année, sur l’expertise et le savoir-faire d’Ozone, dans le domaine des télécommunications, et de NomoSphère, en matière de couverture WiFi. « Nomotech et ses entités offrent les atouts d’une structure à taille humaine, estime Benoît Amsellem, directeur commercial et opérations de DynamIT. Aussi comprennent-ils mieux les enjeux d’une PME telle que la nôtre et, notamment, notre besoin en rapidité d’exécution. » Il poursuit : « Nomotech est un opérateur télécoms qui sait parler aux revendeurs informatiques comme aux spécialistes de la téléphonie. » Et pour ses implantations en régions, DynamIT compte sur l’accompagnement des équipes Nomotech. En ce qui concerne les prix, « leur stratégie indirecte nous laisse largement de quoi bénéficier de marges intéressantes. »