Portrait de Hervé Layer

Layer, la tradition de l’exigence technologique

Le fournisseur de services managés Layer, ancré dans le paysage socio-économique auxerrois depuis plus de trente-cinq ans, suit une double stratégie : faire monter en compétences ses équipes et fournir les services techniques les plus pointus.

Sur le même sujet
Avr 2021
Par Vincent Verhaeghe, photos Sylvain Bordier, andia.fr

Lorsqu’on évoque Auxerre et qu’on n’est pas Bourguignon, viennent à l’esprit : Guy Roux et le chablis. Si on est un peu attaché aux vieilles pierres, on cite la remarquable abbaye Saint-Germain et ses seize siècles d’histoire. La société Layer pourrait sans rougir figurer en bonne place dans ce catalogue patrimonial, ne serait-ce que par l’originalité de ses locaux. Impossible de manquer ce bâtiment quand on arrive aux abords de l’Yonne. Cette ancienne construction familiale du XIXe siècle bâtie sur trois étages, parfaitement conservée, abrite sous ses appas architecturaux, un des revendeurs IT les plus à la pointe que nous ayons rencontrés. Cela s’explique d’abord par la passion de toujours pour la technologie de son gérant, Hervé Layer. « J’avais 11 ans quand j’ai pris en charge de mon premier client ! », évoquet-il en souriant. Car l’entreprise fut fondée par ses parents en 1985, pour mener une activité de bureauticien et concessionnaire Xerox. « Il faut se rappeler que c’est Xerox qui a inventé l’Ethernet, la souris ou encore l’interface graphique. Et j’ai programmé les premières machines à écrire intelligentes avant d’avoir entre les mains, en 1986, le Xerox Documentaire que nous avons adapté pour les notaires. » Son père s’occupe des ventes, sa mère de la finance, et Hervé Layer prend en charge toute l’intégration auprès des clients. Un rêve pour ce geek avant l’heure, titulaire d’un BTS informatique et qui suivra le soir, les cours du Cnam en 2004. Tout s’enchaîne vite à la fin des années 1980 quand Layer se diversifie en accueillant des marques comme Hewlett-Packard, NCR pour les cartes graphiques, ou encore un tout nouvel éditeur, Citrix, pour accéder aux informations à distance, ce qui est loin d’être commun à l’époque. « Nous nous sommes spécialisés dans les arts graphiques, ce qui nécessitait la gestion de gros flux de données, et d’une infrastructure réseau performante. Il faut quand même se souvenir qu’avant cela, on utilisait des taxis ou des coursiers pour transférer des données ! »

Siege social Layer

TOUJOURS TROUVER MIEUX

Cette appétence pour de nouvelles technologies et surtout pour des marques inédites, nourrit la réputation de Layer. Exemple : l’entreprise est l’une des premières à proposer des solutions de virtualisation, décrochant des contrats avec de grandes sociétés comme le Groupe Soufflet, spécialiste mondial de l’agroalimentaire, qui fournit également des services d’annuaire Active Directory, une expertise internationalisée. La notion d’early adopter est généralement employée pour les utilisateurs finaux, mais elle qualifie bien la stratégie d’Hervé Layer au sein de l’entreprise familiale où il est épaulé par sa soeur. Il fait entrer au catalogue des fournisseurs émergents comme VMware, NetApp, DataCore ou encore Veeam, ne restant jamais sur l’idée qu’une technologie est acquise, et qu’il est possible de trouver mieux. Pour cela, il voyage aussi à travers le monde, écumant les salons et multipliant les rencontres, jusqu’à parfois dénicher des éditeurs inconnus comme récemment le sud-africain Wanos spécialisé dans le SD-WAN. « Si on ne se remet pas en question de façon permanente, on redevient seulement des commerçants, et alors, on cesse d’être partenaires de nos clients. Le SD-WAN en est l’illustration parfaite. On a débuté avec Riverbed puis SilverPeak. Mais quand ces éditeurs prennent de l’importance, ils ont tendance aussi à augmenter leurs tarifs. Dans ce cas, je n’hésite pas à aller voir ailleurs, ce qui est le cas avec Wanos, qui nous apporte entière satisfaction. » À la mise en place de ces technologies auprès des clients, Hervé Layer comprend qu’elles sont indissociables d’une cybersécurité efficace, et ça tombe bien car voici un de ses domaines de prédilection.

Logistique Layer
Le local dédié à l’intégration des produits se trouve à quelques centaines de mètres du siège.

SORTIR DE SA ZONE DE CONFORT

Il opte là aussi pour des solutions novatrices comme celle de l’éditeur allemand Astaro – racheté depuis par Sophos –, mais il va encore plus loin en développant son propre outil IT.WACS (warning & control system). Il supervise les infrastructures en temps réel grâce à des capteurs et des indicateurs placés sur des éléments vitaux (stockage, onduleurs, réseaux mais aussi les systèmes et les applications métier). Il propose une approche prophylactique de la sécurité par le déclenchement des alertes le plus en amont possible. Le tout accessible via une console maison et gérée par les équipes techniques. Changer de fournisseur, sans hésiter, au gré de l’arrivée de nouvelles technologies plus performantes, plus sûres ou tout simplement meilleures, reste toutefois un défi pour un MSP tel que Layer. Il faut à chaque fois sortir de sa zone de confort et accepter de remettre en cause une offre ou un service déployé massivement chez les clients finaux. Les procédures d’intégration de ces solutions sont ainsi partie intégrante de la stratégie. Sur cet aspect, Hervé Layer insiste sur l’implication de ses techniciens qui se forment sur ces solutions, réalisent les tests et les PoC préalables à leur mise en place. Si tout se passe bien, ils acquièrent le statut de référents de la solution auprès des clients, puis transmettent à leur tour leur savoir pour la montée en compétences de leurs collègues. « Pour chaque service ou solution que nous commercialisons, on compte plusieurs référents dont on mesure le niveau de connaissance, et quand une alerte ou une demande relative à cette solution se manifeste, un collaborateur qualifié est toujours là pour intervenir. » Après chaque opération, un rapport d’expertise évalué et analysé en équipes, constate les aspects positifs du traitement et ce qui gagnerait à être amélioré. « C’est ce que j’appelle l’école de l’excellence. Un de mes crédos est de prendre des jeunes issus de l’école, de les former et leur donner à la fois des responsabilités et de l’autonomie en étant à l’écoute de leurs demandes », insiste Hervé Layer. Une exigence acceptée par les équipes qui y trouvent aussi une façon efficace d’évoluer dans l’entreprise, et de ne pas se cantonner à des tâches systématiques. Et, côté clients, cela fonctionne aussi très bien. « Beaucoup de sociétés nous sollicitent sans demander une marque précise, elles veulent juste du Layer ! » Un signe de confiance qui se retrouve dans les chiffres avec plus de 500 clients dont 350 sur l’offre MSP regroupée au sein du catalogue de services Flex, et plus de 9 000 équipements surveillés ou monitorés en permanence par la plate-forme Noria développée en interne, et par des outils tiers tels ceux de SolarWinds MSP ou de Bluemega. La gestion du parc bureautique de ce dernier figure toujours au catalogue du revendeur et représente encore un quart du C.A. « Mais c’est le secteur qui souffre le plus de la crise sanitaire, car le télétravail et la dispersion des employés réduisent bien sûr les besoins en impression. »

Portrait de Hervé Layer

« Le but de l’entreprise c’est la symétrie des intentions entre les clients et les collaborateurs »

TECHNOLOGIE ET BIENVEILLANCE

Une préoccupation qui ne ralentit pas pour autant les embauches de Layer. « Il faut être rentable pour être pérenne, mais le but de l’entreprise ce n’est pas le profit, plutôt la symétrie des intentions entre les clients et les collaborateurs », exprime-t-il avec une sincérité désarmante. Voilà qui n’est cependant pas étonnant pour un dirigeant qui considère davantage son entreprise comme un outil sociétal qu’un levier financier. On ne sera pas surpris que Layer équipe les écoles de postes clients remasterisés, et qu’elle ait doté la police municipale chablisienne d’un ordinateur portable pour dispenser aux élèves des cours de prévention routière. À cela s’ajoute des activités associatives ou sportives, et la présence d’une CHO1 à l’écoute des collaborateurs – vu le contexte actuel. Le tout donne un mélange entre technologie de pointe et bienveillance. Et ça marche.

« Beaucoup de sociétés nous sollicitent sans demander une marque précise, elles veulent juste du Layer ! »

Hervé Layer, gérant de la société Layer

ZOOM SUR LAYER
1985 : Création de l’entreprise avec une activité de bureauticien concessionnaire Xerox
2013 : Reprise de la gérance par Hervé Layer
C.A. 2020 : 3,1 M€
Effectif ; 30 personnes
Cible : TPE et PME jusqu’à 300 postes et quelques grands comptes historiques
Marques principales : Dell, NetApp, HPE