Portrait de Stéphane Huet - Dell Technologies

Portrait de Stéphane Huet – DG Dell Technologies : un homme de défis

Stéphane Huet a toujours mis en phase l’évolution de sa carrière et les grandes ruptures echnologiques intervenues dans l’IT et les télécoms. Et chez Dell, les mutations internes du groupe
lui donnent de nouveaux challenges à relever.

Sur le même sujet
Fév 2021
Par Vincent Verhaeghe, photos Gilles Lefrancq, andia.fr
Portrait de Stéphane Huet - Dell Technologies

Stéphane Huet est un enfant de la balle de l’IT. Comme beaucoup de ceux qui étaient adolescents au début des années 1980, il a plongé dans la micro-informatique grâce aux bijoux technologiques de l’époque qu’étaient le Sinclair ZX81 ou l’Amstrad CPC 464, quand le challenge consistait à faire tenir un programme entier dans quelques kilooctets de mémoire… Cet attachement à la technologie, il l’a toujours gardé. Et si son parcours professionnel a plutôt suivi un chemin commercial et managérial, ce fut toujours au sein d’entreprises de l’informatique ou des télécoms à la pointe de l’innovation. C’est dans ce dernier domaine qu’il décroche son diplôme d’ingénieur au sein de la prestigieuse école Telecom ParisTech. « C’était une formation vraiment complète, car non seulement on y apprenait tout ce qui concernait les nouvelles technologies, mais aussi toute la partie stratégique et go-to-market. Sortir d’une telle école nous facilitait l’accès à des postes à responsabilité », évoque Stéphane Huet. La preuve : après un stage de six mois aux États-Unis qui le conforte dans sa volonté de travailler à l’international, une opportunité se présente chez Lucent Technologies. En 1991, frais émoulu, Stéphane Huet prend en charge les ventes et l’export vers l’Europe centrale de l’équipementier télécom, s’installant pour l’occasion à Bratislava. « Nous sommes dans la période succédant à la chute du Mur, et il y a tout à construire ou à reconstruire dans ces pays, notamment auprès des opérateurs locaux. » Cette première expérience, formatrice à de nombreux niveaux, durera cinq années. En 1996, Hewlett-Packard, qui dispose à l’époque d’une activité verticale dans les télécommunications, fait appel à lui pour une mission comparable à celle qu’il tenait chez Lucent. Il s’installe en Autriche, avant de revenir à Paris en 1998, toujours chez HP. « C’était le début de ce qu’on appelle la convergence entre l’informatique et les télécoms. C’était une véritable révolution qui se préparait avec le développement d’Internet, l’ouverture du marché des télécoms, et l’arrivée de nouveaux opérateurs. Là également, le chantier était rempli de perspectives. »

Portrait de Stéphane Huet - Dell Technologies

« Il n’y a pas de dogme chez Dell, et c’est aussi ce qui me plaît dans ce groupe qui n’hésite pas à se renouveler »

CAP SUR LES FOURNISSEURS D’ACCÈS

Après trois ans chez HP, la carrière de Stéphane Huet prend un viragenon pas à 180 degrés mais à 90. En effet, il reste dans les télécoms mais passe dans un secteur beaucoup plus B2C en participant au lancement du fournisseur d’accès LibertySurf. « C’est une époque agitée où de nouveaux fournisseurs arrivent sur le marché avec un business model inédit d’accès gratuit financé par les rétrocommissions versées par les opérateurs. On assiste alors à de grosses levées de fonds et à des phases de consolidation spectaculaires, à l’image de LibertySurf qui réalise 23 acquisitions en dix-huit mois ! » À nouveau, il sera en charge du développement international du FAI. Installé à Londres, il profite à plein de son expérience en intégrant à LibertySurf une activité B2B qui se démarque de la concurrence en créant un réseau physique opéré en propre. Cela fonctionne très bien mais la bulle internet du printemps 2000 explose, et Tiscali reprend LibertySurf. Stéphane Huet, au passage, est propulsé patron du B2B. La vague du haut débit lui donne alors l’occasion d’exprimer ses talents, et s’il est régulièrement convoité par d’autres acteurs des telcos, après sept ans de bons et loyaux services chez Tiscali, il décide en 2006 de choisir une voie beaucoup plus IT.

Portrait de Stéphane Huet - Dell Technologies

IL ARRIVE CHEZ DELL PAR LA GRANDE PORTE

C’est en effet chez Dell qu’il arrive à une période où le constructeur américain traverse une phase de mutation profonde. Le leader et porte-étendard de la vente directe décide, sous l’impulsion de son patron emblématique Michael Dell, d’investir le channel et les revendeurs. Pour la distribution, c’est faire entrer le loup dans la bergerie. « Un vrai défi, car il faut non seulement changer les mentalités au sein des équipes commerciales de Dell, mais aussi gagner la confiance des partenaires », explique un Stéphane Huet placé en première ligne de cette nouvelle stratégie, puisqu’il prend en charge la direction commerciale grand public et PME pour la France, l’Espagne et l’Italie. Trois pays dont la distribution très capillarisée rend la force de vente indirecte encore plus stratégique. Trouver l’équilibre entre les deux canaux, parvenir à définir des tarifs et des rémunérations qui satisfont à la fois les revendeurs et les forces commerciales internes, mettre en place un programme Partenaires, etc., autant de tâches motivantes pour Stéphane Huet qui n’aime rien tant que s’attaquer à des chantiers complexes. « Il n’y a pas de dogme chez Dell, et c’est aussi ce qui me plaît dans ce groupe qui n’hésite pas à se renouveler. » Il y voit croître ses responsabilités, tant au niveau géographique – en prenant la responsabilité de toute l’Europe de l’ouest – que sur la cible de clientèle, puisqu’en 2012, il dirige l’ensemble du Commercial Channel. « En parallèle, le portfolio de Dell augmente fortement par de nombreuses acquisitions qui étendent le rayonnement du groupe. » Le moment est idéal car ces nouvelles responsabilités coïncident avec une autre décision radicale de la part de Michael Dell qui sort son groupe de la Bourse pour recouvrer sa liberté d’action. « Et sa première décision était d’embaucher 3 000 commerciaux, alors que le marché global accuse plutôt une décroissance. Cela montre aussi son côté visionnaire car la stratégie s’est avérée payante. » Mais le monde de l’IT n’est pas au bout de ses surprises puisque Michael Dell annonce en octobre 2015 le rachat du géant du stockage EMC pour 67 Mds $, l’acquisition la plus grosse réalisée par une entreprise informatique, embarquant au passage dans son escarcelle la pépite VMware. Stéphane Huet est encore une fois au coeur de l’action puisque, parallèlement à cette croissance externe d’où naîtra le groupe Dell Technologies, il est promu vice-président et directeur général de la nouvelle entité pour l’Europe centrale et l’Europe du sud. En 2018, son patron-fondateur choisit de remettre son groupe en Bourse. Et le chemin parcouru en cinq ans est spectaculaire. En 2013, l’action valait moins de 14 $, tandis qu’en 2018, la réintroduction se fait sur la base de 109 $ par action ! « Grâce à cette stratégie, Dell Technologies est tout simplement devenu un des leaders de l’infra de bout en bout, y compris sur l’hyperconvergence dont nous détenons 40 % du marché », explique Stéphane Huet, avec beaucoup d’admiration dans la voix pour son emblématique CEO. Avant le retour en Bourse, il prend, en 2017, la direction de Dell France, un pays stratégique pour l’entreprise, puisqu’il représente son sixième marché au niveau mondial.

« Dell Technologies est devenu l’un des leaders de l’infrastructure de bout en bout, hyperconvergence incluse où nous détenons 40 % du marché »

SEUL AUX COMMANDES EN FRANCE

Et comme au sein des autres filiales, on y trouve une direction bicéphale : Stéphane Barberet prend à ses côtés la responsabilité de l’entité Entreprise dédiée aux grands comptes. Dernière étape de ce périple au sein de Dell, quand toutes les unités commerciales fusionnent en 2020 sous l’impulsion de Bill Scannell, Stéphane Huet devient directeur général de Dell Technologies France, seul. Parmi ses chantiers : la crise de la Covid-19, et ses implications. « Heureusement, Dell mène depuis au moins dix ans une politique de télétravail, et la transition pour nos collaborateurs a été assez simple. Côté clients, nous avons profité de la qualité de notre supply chain pour gagner des parts de marché face à certains concurrents qui avaient parfois du mal à livrer. » Pour son organisation personnelle, cette situation diminue les déplacements mais augmente l’obligation de disponibilité : quand Montpellier s’endort, Austin s’éveille… Et Stéphane Huet confie qu’il lui est arrivé de passer douze heures en visioconférence quotidienne. « Nous avons mis en place, au sein de Dell France, des bonnes pratiques pour que nos collaborateurs trouvent un équilibre adéquat entre leur travail et leur vie privée. » La période est complexe mais Stéphane Huet y voit davantage d’opportunités que de contraintes. « La seule certitude, c’est que le monde devient imprévisible. On se retrouve face à de nouveaux défis technologiques qui nous obligeront à nous réinventer : mettre en place une infrastructure complète en quelques jours à cause d’un confinement, anticiper la 5G, le développement de l’edge computing, ou encore la gestion du multicloud »,conclut l’homme de défis.

Portrait de Stéphane Huet - Dell Technologies

« Ce monde devenu imprévisible, nous confronte à des défis qui nous obligeront à nous réinventer »

REPÈRES
Stéphane Huet a 53 ans, il est marié et père d’un garçon et de deux filles
PARCOURS
1991 Master de Science et Ingénierie Telecom ParisTech
1991 à 1996 Directeur commercial, Lucent Technologies
1996 à 1999 Consultant principal pour les télécoms, HP
1999 à 2006 Senior Vice President B2B, Tiscali
À partir de 2006 chez Dell, il occupe plusieurs postes de direction générale ou commerciale : Europe du sud, Europe de l’ouest SMB, Channel Europe de l’ouest, Stratégie et go-to-market EMEA, puis directeur généra, Dell Technologies France.

J’AIME…
MUSIQUE – Les concertos pour piano, comme le numéro Cinq « Emperor » de Beethoven
LITTÉRATURE – Les thrillers et les romans historiques comme ceux d’Éric Fouassier
CINÉMA – Plutôt des Séries telles que Game of Thrones, Le Bureau des légendes, The Queen’s Gambit
LIEUX – Le massif du Chablais (Alpes du Nord)
PASSIONS – Les voyages et la découverte d’autres cultures
SPORTS – VTT, ski de randonnée et de descente, course de haute montagne