Portrait de Benjamin Revcolevschi - Fujitsu

Fujitsu salue la hausse des budgets

S’appuyant sur une étude détaillée du marché français, le fournisseur japonais relève avec satisfaction la bonne tenue de l’investissement. De surcroît, il tiendra un événement virtuel mi-octobre 2020.

Sur le même sujet
Oct 2020
Par Pierre-Antoine Merlin

En ces temps d’obsession économico-sanitaire, signalons les rares bonnes nouvelles. Ainsi Fujitsu, constructeur japonais devenu, selon sa propre expression, une « société de solutions », publie les résultats de sa très récente et intéressante étude budgétaire, éditée par le cabinet Itsma. Globalement, il s’agit de savoir à un degré de précision le plus élevé ce que ressentent les décideurs IT, notamment en France, en cette fin d’année 2020, en matière de climat des affaires. Et ce, dans l’ensemble de la sphère numérique.


CROISSANCE À DEUX CHIFFRES

Les réponses sont encourageantes. Pour 40 % des sondés, les budgets IT ont été ajustés du fait de la pandémie. Et ajustés à la hausse : +11 % par rapport à 2019. La France, comme les États-Unis ou le Royaume-Uni, est devenue le pays où les budgets IT connaissent la plus forte progression. « Un effet ponctuel lié au télétravail explique cette situation plutôt favorable, constate, pour s’en réjouir, Benjamin Revcolevschi, directeur général de Fujitsu France. Attention toutefois à ne pas tirer des conclusions trop hâtives sur le long terme. Ce qui remonte du terrain, chez nos interlocuteurs, c’est une certaine prudence pour 2021. » Certes. La crise est encore devant nous. Mais le rebond de l’investissement IT, même pour des raisons exceptionnelles, et même pour une durée limitée, est bon à prendre. Autre spécificité française : les responsables IT souhaitent à la fois le développement et la valorisation des rencontres professionnelles en ligne. C’est le signe décisif d’une réalité souvent occultée : « La Terre est plate », selon le titre du livre de l’essayiste Thomas Friedman. Nous voilà entrés dans l’ère de l’entreprise étendue, de la « coopétition », pour parler le langage des économistes. Enfin, et c’est un point que relève Benjamin Revcolevschi avec un plaisir manifeste, le rôle irremplaçable du fournisseur de technologies est plus que jamais à l’honneur. « Au regard des consultants, et à propos de la presse spécialisée, la catégorie des fournisseurs de technologies, dont fait partie Fujitsu, est considérée de loin comme la source la plus fiable lorsqu’il s’agit de s’informer et de prendre une décision. » En d’autres termes, prescripteurs et utilisateurs préfèrent avoir affaire à Dieu qu’à ses saints. Moins de commentateurs, mais plus d’acteurs sur lesquels s’appuyer : le retour de la confiance est à ce prix.

« Attention cependant, ce qui remonte du terrain, chez nos interlocuteurs, c’est une certaine prudence pour l’année 2021 »

Benjamin Revcolevschi, directeur général de Fujitsu France

ACTIVATENOW SUMMIT,VIRTUEL EN CET AUTOMNE 2020

Pour évoquer ces sujets, un évènement virtuel, intitulé ActivateNow Summit, aura lieu le 13 octobre 2020. « Les grandes conventions organisées par Fujitsu, notamment celle qui se tient tous les ans à Munich, n’ayant pas lieu, nous avons résolu de faire une rencontre virtuelle globale », explique-t-il. Il y sera question de l’accompagnement des acteurs de la chaîne de valeur par l’intégration de technologies telles que l’intelligence artificielle, le calcul haute performance et la recherche quantique. Toutes tendances annoncées en 2019 par Joseph Reger, Chief Technology Officer Europe, lors du Fujitsu Forum Munich. Sur le plan stratégique, ActivateNow Summit possède aussi une valeur symbolique. Sous la férule bienveillante du nouveau CEO de Fujitsu, Takahito Tokita, le groupe nippon se pare de modernité, de dynamisme, et même de goût pour le changement. Dans la garde rapprochée du nouvel homme fort, on trouve des managers issus de McKinsey, de SAP et de Microsoft. Fujitsu reste campé sur ses appuis, pour filer la métaphore rugbystique. Mais il s’ouvre, à preuve : ses employés japonais sont conviés à télétravailler. Ce qui ressemble à une évolution ici, est vécu comme une révolution là-bas.