image d'une gameuse

Le PC gamer se joue de la crise

L’impact négatif de la crise sanitaire n’a pas contaminé le marché des ordinateurs gamer. Mieux, les confinements successifs ont profité à la filière qui a vu ses ventes poursuivre leur progression. Tandis que l’année 2021 s’annonce prometteuse.

Sur le même sujet
Mar 2021
Par Thierry Bienfait

Les performances détonnent dans l’ambiance de crise. L’épidémie de coronavirus a entraîné un boom de la demande en jeux vidéo, et provoqué par conséquent une augmentation des ventes de PC pour gamers. Le bilan 2020 est très positif, et la tendance reste dynamique en ce début d’année 2021. Au second semestre 2020, le C.A. mondial du PC gamer a atteint 6,5 Mds $, selon l’institut GfK. En Amérique du Nord, le volume des ventes d’ordinateurs gamer entre Thanksgiving et Noël a battu tous les records : +20 %, selon les données de l’institut Futuresource Consulting. Le phénomène est similaire en Europe. « Ce n’est pas politiquement correct de le dire, mais plus les gens sont confinés, plus les ventes s’accélèrent », confie un constructeur sous couvert d’anonymat. Le « Restez chez vous » est en effet une aubaine. Les ventes en volume le prouvent : 5 millions d’unités dans l’Hexagone en 2020, soit une progression de 8 % par rapport à 2019, estime GfK. Et ce bond des ventes de PC ne concerne pas que les hardcore gamers, lesquels n’attendent pas une période particulière pour acheter. « Les gens sont presque obligés de jouer pour passer le temps. Cela dope les achats de machines calibrées pour le jeu vidéo, surtout chez les amateurs de titres AAA [haut de gamme] et de jeu en ligne », explique un cadre de HP dans JV Market. La sortie en fanfare du blockbuster Cyberpunk 2077 avant Noël illustre la bonne santé de cette industrie. Le type d’occasion pour investir dans des équipements hardware à la hauteur, et dont espèrent profiter tous les fabricants d’ordinateurs. Pour ces derniers, il s’agit de faire mieux que les consoles de salon, en proposant des modèles qui leur disputent la pole position sur le plan du potentiel technologique, essentiellement par l’apport d’un déluge de puissance pour des images plus réalistes ou au graphisme époustouflant. Davantage que par la débauche d’éclairages LED, ces PC survitaminés se distinguent par la qualité de leurs composants. Pour afficher les pixels à 1 ms près, comme le requièrent certains jeux, ils intègrent notamment des cartes graphiques de compétition qu’une machine sans système de refroidissement et de ventilation idoine ne pourrait supporter. Avec l’explosion de la demande, le secteur du PC gamer repart de plus belle, de quoi récupérer un peu des marges perdues par les fournisseurs et les revendeurs sur le marché global du micro-ordinateur au cours de ces dernières années.

LA PARTIE DEVRAIT SE PROLONGER

Mais ces espoirs seraient douchés si les prévisions d’IDC se réalisaient, c’est-à-dire une année noire pour l’informatique, dans le sillage d’une éventuelle récession. Un paradoxe alors que la moitié de l’humanité s’équipe d’ordinateurs pour jouer, travailler ou étudier chez elle. Une pointe d’optimisme malgré le triste scénario du cabinet d’études : la progression du numérique dans les familles, considéré comme un loisir qui, en outre, maintient le contact avec les proches et les amis, devrait contribuer à structurer l’activité PC. Pour 2023, les observateurs d’Ampere Analysis tablent sur une progression des ventes de près de 2 % pour les PC gamer fixes, et d’environ 8 % pour les modèles portables.

+7% Hausse annuelle moyenne du PC gamer attendue d’ici à 2023.

(Source : IDC)