Portrait de William Culbert, BeyondTrust

Cinq prévisions pour le Cloud

Tout le monde en convient, l’informatique sur mesure et la tarification à la demande progressent partout. L’heure est à la prospective, en faisant l’effort d’échafauder les scénarios les plus probables.

Sur le même sujet
Nov 2020
Par William Culbert, directeur Europe du sud, BeyondTrust

1 – ÊTRE DOTÉ D’UN ÉTAT D’ESPRIT AGNOSTIQUE SUR LE CLOUD SERA LA RÈGLE, PAS L’EXCEPTION

Beaucoup d’utilisateurs cherchent à réduire les risques pour éviter le verrouillage opéré par un fournisseur de cloud unique. De ce fait, les fournisseurs devront s’adapter en proposant davantage d’intégration pour devenir multicloud. Mais c’est une affaire entendue, tout en maintenant les clients au sein de leurs écosystèmes respectifs. Certaines plates-formes relèvent déjà le défi, par exemple, par leur prise en charge par Azure, AWS ou Google.

2 – LA GESTION DE L’IDENTITÉ ET DES RÔLES À PRIVILÈGES EST UNE PRIORITÉ

L’une des vertus les plus intéressantes du cloud réside dans le transfert d’une ressource déterminée à la demande. En à peine une minute, on passe d’un administrateur système à un ingénieur réseau, et à un administrateur de base de données. Il est donc essentiel que les entreprises mettent en place des « garde-corps virtuels » pour se protéger efficacement. Le tout, sans entraver le potentiel offert par le cloud. Les solutions de gestion des identités doivent simultanément proposer une suite de produits intégrés qui contribuent à cette accélération et garantissent les actifs.

3 – LE SERVERLESS EST EN PASSE DE DEVENIR MONNAIE COURANTE

Alors que le marché évolue vers une utilisation moindre des serveurs et vers une minimisation du code, on assiste à une dissolution graduelle des rôles traditionnels, et à un effondrement de la fracture entre logiciel et infrastructure. Les composantes de l’économie numérique fonctionnent de façon de plus en plus proche, pour ainsi dire en symbiose. Les cadres éclatent. Ce point est fondamental car il entraîne toute l’IT dans sa course. Cette dynamique s’applique à la data : la transition vers des bases de données sans serveur, toujours dans le cloud, réduit le coût des systèmes ayant intrinsèquement des charges d’informations latentes, et relevant d’un traitement par lots.

« La chaîne de valeur vit

une période favorable pour

conduire le changement »

4 – ESSENTIEL : L’INGÉNIEUR DE FIABILITÉ DU SITE

Souvent comparé aux DevOps, le site reliability engineer se concentre sur l’intégration de la fiabilité au sein même d’un produit. Et ce, tout au long du cycle de vie. Alors, les entreprises renforcent leurs équipes pour répondre aux attentes des clients en matière de disponibilité des produits, sans aucune interruption.

5 -LA PÉNURIE DE COMPÉTENCES VA S’INTENSIFIER

Les organisations du monde entier doivent chercher les bons profils sur le marché libre, à moins qu’elles ne préfèrent former les ressources internes, de manière proactive. Dans tous les cas de figure, c’est une période passionnante. Les ingénieurs ont devant eux une opportunité à la fois prometteuse et lucrative : celle qui consiste à réinventer leur carrière avec l’avènement du cloud en général, et du SaaS en particulier. Pour aider à intégrer et à valider ces compétences, les certifications sont reformatées afin de s’adapter aux nouvelles techniques et aux usages inédits. Obtenir une certification est en effet plus précieux que jamais. Surtout que, parallèlement, il n’a jamais été aussi facile d’apprendre gratuitement. C’est dire à quel point, pour les acteurs de la chaîne de valeur, la période est exceptionnellement favorable à la conduite du changement.

Bio Express

Avant de rejoindre la société Bomgar, devenue par la suite BeyondTrust, William Culbert passe sept ans chez HP Software, à différents postes. C’est là qu’il développe ses compétences, dont le DevOps, la sécurité, le cloud et la transformation numérique en général. C’est à lui et à ses équipes de proposer les solutions pour relever les enjeux de la cybersécurité, et donc de saisir ce paysage mouvant qu’est devenue l’économie numérique contemporaine.