Baie de stockage

Le stockage de données encore en devenir

Alliées de l’optimisation de l’infrastructure, les baies de stockage répondent à la croissance exponentielle des données. Les technologies émergentes étendent immensément la capacité de stockage et en augmentent la vélocité.

Sur le même sujet
Juin 2021
Par Thierry Bienfait

La donnée est la grande source de profits de l’IT : « Data is the new oil », comme on l’entend outre-Atlantique. Elle est en effet de plus en plus exploitée à des fins économiques et commerciales dans tous les secteurs. Sa production est exponentielle. « Ces deux dernières années ont vu la création de plus de 90 % des données disponibles », indique l’étude Data Age 2025 publiée par l’institut IDC. Car on stocke tout et tout le temps. Et après la collecte vient le stockage, pour l’analyse et la mise en commun de l’information, lequel s’est invité dans la stratégie des entreprises. La technologie est maîtrisée par une vingtaine de fournisseurs, qui anticipent, en 2021, plus de 51 Mds $ en revenus. Le marché ne cesse de s’étendre. Pour les PME notamment, des systèmes au format rack ou tour adaptés, leur assurent performances et rapidité maximales, évolutivité optimale et disponibilité supérieure, tout en garantissant une simplicité d’usage. Plus que les infrastructures traditionnelles, les data centers, eux, constituent le nec plus ultra. Car, dans le cloud, le stockage de données gagne en souplesse et en réactivité : les sociétés y sauvegardent plus vite et mieux. « Elles attendent la prise en charge d’une multitude de besoins : des environnements virtualisés aux opérations distribuées, en passant par l’analytique en temps réel. Cela impose aux infrastructures des exigences inédites de performances, de montée en charge et d’efficacité », observe l’institut d’études ESG. Pour répondre à ces besoins, des générations inédites de solutions de stockage apparaissent, conçues pour offrir des performances largement supérieures aux précédentes. Ainsi, certaines sont adaptées aux environnements multicloud, avec une connexion à haut débit et faible temps de latence. L’autres font bénéficier des progrès des baies 100 % Flash NVMe, dont les performances optimisent les workloads dans les environnements de cloud hybride. Aboutissement des efforts d’innovation des fournisseurs, les systèmes actuels repoussent encore les limites : même en entrée de gamme, les nouvelles versions de baies 100 % Flash traitent 1,7 million d’opérations d’entrée sortie par seconde (IOPS), et atteignent une latence de seulement 200 ms.

163 Zo C’est le volume total de données dans le cloud et on-premise

SAUVEGARDER SUR DE L’ADN

En outre, le stockage est rendu plus économique grâce à des options de forte montée en capacité qui accentuent la consolidation des workloads tout en réduisant l’espace global occupé par un matériel au format plus compact. Cerise sur le gâteau, parmi les autres perfectionnements figurent une simplification des déploiements et de la gestion des datastores, un enrichissement des fonctions administratives, l’automatisation du stockage, ou encore le service de surveillance de l’état de santé des équipements par analyse prédictive. Enfin, la technologie évolue vers des solutions toujours plus denses et tournées vers le logiciel, l’architecture SAN et l’hyperconvergence, par des appliances software-defined storage conciliant les meilleures performances à moindre coût. Mais ces prouesses seront vite dépassées, puisque le remplacement des disques durs magnétiques par du stockage dans de l’ADN, est annoncé.