Portrait de Sophie Deleval - Ingram Micro

“Des récompenses qui concrétisent notre engagement pour les valeurs sociétales”

Labélisée Great Place to Work en 2021 puis Best Workplaces en 2022, Ingram Micro France est primée pour sa gestion de l’égalité femme homme. Sa présidente regrette toutefois la nécessité d’un tel prix.

Sur le même sujet
Déc 2022
Sophie Deleval - Présidente d’Ingram Micro France. Propos recueillis par Vincent Verhaeghe

Que représente pour vous le fait qu’Ingram Micro France intègre la liste 2022 des entreprises labelisées Best Workplaces for Women¹ ?

Il y a bien entendu une part de satisfaction et de fierté, car cela concrétise des actions et des choix que nous réalisons au quotidien depuis plusieurs années au sein de l’entreprise pour équilibrer la parité, mais en parallèle je m’interroge sur la nature même de cette récompense. C’est très symptomatique qu’à notre époque on ait besoin d’un tel prix pour souligner l’importance de la place des femmes dans les entreprises, et singulièrement dans l’IT. S’il faut à ce point le souligner, c’est justement parce que le chemin est encore long. Pour nous, la parité, mais aussi la diversité et l’inclusion, sont des facteurs naturels de notre organisation, et notre engagement sociétal est profond. Je refuse de suivre une approche genrée dans l’entreprise, un talent est un talent. Mais il faut bien constater aussi que sur certains postes techniques, il reste un déficit significatif de candidates.

On voit aussi changer les habitudes de travail depuis la pandémie. Comment cela se traduit-il chez Ingram Micro ?

Les changements s’opèrent sur plusieurs niveaux. Sur le côté pratique, nous avons mis en place un accord qui alloue deux jours de télétravail par semaine. Nous nous sommes bien sûr équipés des solutions facilitant les réunions à distance et surtout celles de façon hybrides, car dans 90 % des cas, au moins un participant est en distanciel. Mais cela nous incite à entamer une réflexion plus générale, car ces changements génèrent des temps de travail asynchrones entre les collaborateurs. Une des conséquences est que chaque personne devient plus autonome et plus responsable. Ainsi, plutôt que de mettre en place des réunions destinées à travailler en amont sur une problématique, il est plus efficace de laisser chacun réfléchir de son côté, et mettre en place des réunions de synthèse permettant de prendre une décision. Enfin sur la partie qualité de vie au travail, toutes nos équipes de la région parisienne sont rassemblées dans des locaux à Courbevoie (Hauts-
de-Seine) caractérisés par un très haut niveau de qualité.

« La parité, mais aussi la diversité et l’inclusion, sont des facteurs naturels de notre organisation »

Votre entreprise est également très active auprès de plusieurs associations. Comment cela est-il organisé ?

Cela fait cinq ans que nous suivons cette démarche solidaire. Bien sûr, comme toute entreprise, notre objectif est de générer de la richesse, et nous souhaitons également contribuer à l’amélioration de la société en générale. Nous avons mis en place un comité qui choisit chaque année quatre associations à soutenir, auxquelles nous ajoutons des initiatives ponctuelles, comme un don destiné à l’opération Octobre Rose².

En tant que distributeur, vous vous placez au centre de la supply chain et de toutes ses problématiques environnementales. Quelles sont vos actions dans ce domaine, alors que le coût du transport explose, et que la gestion du cycle de vie des produits devient primordiale ?

Bien sûr, on s’interroge en permanence sur la manière dont on peut challenger nos partenaires transporteurs, et plus généralement comment optimiser le fret car, sans même prendre en considération l’augmentation du coût que nous connaissons depuis quelques mois, c’est ce maillon de la supply chain qui représente le plus d’impact environnemental. En parallèle, nous disposons d’une unité complète de gestion du cycle de vie du produit, et nous enregistrons un nombre grandissant de demandes de ce côté-là, et pas seulement de la part de grandes entreprises, les PME s’y mettent aussi.

1 Ingram Micro France figure parmi les 30 entreprises comptant de 250 à 1000 collaborateurs labélisées Best Workplaces for Women 2022
2 octobre-rose.ligue-cancer.net

Bio express

Quatre ans après son bac lettres et mathématiques, Sophie Deleval répond à une petite annonce publiée dans La Voix du Nord, et entre chez Ingram Micro en tant que commerciale sédentaire. En 2004, elle prend la direction de la filiale française, puis occupe plusieurs postes à l’échelon européen. Le 1er juillet 2016, elle est nommée présidente d’Ingram Micro France.