Les services d’impression managés en transformation permanente

Bien qu’ils perpétuent l’usage du papier, les MPS évoluent vers des modèles davantage élaborés, mêlant gestion du document numérique, mobilité et cloud.

Sur le même sujet
Sep 2022
Par Frédéric Bergonzoli

Convertis à l’infogérance et à la fourniture de services au cours des dernières années, les concepteurs de solutions d’impression ont relevé le niveau de leurs prestations comme celui des performances de leurs matériels. Autant sécurisés que les ordinateurs, imprimantes et multifonctions, les voici devenus de puissants périphériques, écoconçus, et pilotés par des logiciels qui dopent leurs fonctionnalités.

Pour ce qui touche aux services d’impression managés, ils affichent une pleine maturité. Leur capacité à établir des pistes de rationalisation et à optimiser les politiques d’impression ont favorisé leur adoption. À partir de l’analyse de l’existant, ces managed print services s’adaptent au degré d’infogérance recherché. L’objectif est de contrôler la totalité du système d’impression, de corriger ses dysfonctionnements éventuels et, surtout, de réaliser des économies substantielles. Les fabricants estiment que les MPS font baisser de 15 % à 30 % le coût de l’impression, en jouant sur la gestion des consommables, la mise en œuvre de technologies récentes, le respect des bonnes pratiques et l’accélération des processus de dématérialisation.

Côté commercial, l’approche fondée sur les transactions cède la place aux offres as a Service qui produisent plus de valeur ajoutée et de revenus récurrents que ne le permettent les contrats classiques de coût à la page. Beaucoup d’entreprises ont franchi le pas. Mais celles qui ont constaté les bénéfices des MPS savent bien qu’elles ne pourront compter sur des économies supplémentaires une fois leur politique d’impression éprouvée.

La crise sanitaire a toutefois bouleversé cette logique en stimulant de nouvelles organisations de travail hybride, avec d’un côté, le retour de l’imprimante personnelle exploitée à domicile ; de l’autre, la mise à disposition de MFP intégrant des connecteurs pour des applications de visioconférence, et prenant en charge l’impression sans contact ou à distance depuis des terminaux mobiles.

À cette nouvelle manne pour les fabricants, s’ajoute la progression de la migration du print dans le cloud, une réponse à la multiplication des serveurs d’impression traditionnels. Lorsqu’ils déplacent les MPS dans le cloud, les constructeurs s’appuient sur la virtualisation de l’impression. La gestion et l’administration des processus liés aux services managés sont alors supervisées à travers la technologie IP.

AVIS D’EXPERT LE MARCHÉ CHANGE DE PARADIGME

Par Jason Cort, directeur de la planification produit et du marketing, Sharp Europe«

Portrait de Jason Cort - Sharp

 La pandémie a accéléré des tendances qui poussent les fabricants et fournisseurs d’équipements à mettre en oeuvre leurs propres plans de transformation afin de prospérer à long terme. Mais cela ne signifie pas que l’industrie stagne. Par exemple, on observe une baisse progressive du nombre de fournisseurs sollicités par les PME. La DSI détient le pouvoir d’acheter : l’exemple des MFP est éloquent. Alors que les entreprises se les procuraient auprès de fournisseurs d’équipements de bureau, les multifonctions sont connectées au réseau et tombent sous la coupe du service informatique.

Cette tendance s’accélère par la nécessité d’une sécurité centralisée, car les PME sont de plus en plus la cible des cybercriminels. Elles manquent de connaissances et d’expérience dans la sécurité. Résultat : beaucoup se tournent vers leurs fournisseurs de services informatiques pour combler ces lacunes. Autre tendance, les processus de traitement des entreprises devraient migrer l’un après l’autre vers le cloud, pour fournir une plus grande souplesse et faire baisser les coûts. Les PME restent néanmoins responsables de la protection des données hébergées dans de tels systèmes.  Enfin, la notion de RSE prend de l’ampleur à l’aune des programmes écoresponsables mis en place par les fournisseurs. Les objectifs consistent à respecter les recommandations de l’U.E., et les directives favorables à l’économie circulaire.»