Kaspersky fete 25 ans de lutte contre la cybercriminalite

Kaspersky fête ses 25 ans de lutte contre le cybercrime

Depuis vingt-cinq ans, Eugène Kaspersky, CEO de l’entreprise éponyme, et ses équipes travaillent d’arrache-pied pour se distinguer de la concurrence. Parmi les points forts de l’éditeur : une R&D très intégrée, l’expertise de sa Global Emergency Response Team, et une forte interaction avec la communauté des partenaires.

Sur le même sujet

Un nouveau virus détecté toutes les heures. C’était en 1997, l’année de création de la société Kaspersky. Vingt-cinq ans plus tard, l’éditeur s’est hissé au quatrième rang mondial du marché de la sécurité informatique, et ses chercheurs décèlent quotidiennement jusqu’à 400 000 nouveaux échantillons d’objets malveillants.

Devenu une multinationale prospère, présente dans 35 pays, comptant 4 000 employés et revendiquant une clientèle de 270 000 entreprises ainsi que 400 millions d’utilisateurs, le groupe collabore avec un écosystème de 11 000 partenaires dans le monde, dont 800 en France où il est implanté depuis 2003.

Si la marque bénéficie d’une figure emblématique en la personne de son P.-D.G., Eugène Kaspersky (surnommé le « pape des virus », en référence à sa longue expérience dans la lutte contre le malware), et d’une aura internationale dans le secteur de la cybersécurité, le chemin de Kaspersky n’a cependant pas toujours été bordé de roses.

Comme tous ses concurrents, l’éditeur a dû s’adapter, presque jour après jour, à la rapide évolution des menaces, et donc investir tant en ressources humaines que technologiques pour neutraliser la multitude de programmes et d’actes malveillants.

Récemment malmené par les retombées de l’invasion russe en Ukraine, Kaspersky garde le cap contre vents et marées. Faisant face à cette période anxiogène, les équipes du fournisseur restent motivées. Selon elles, la clé réside dans l’information. Ainsi, afin de renvoyer une bonne image de leur travail, elles invitent les administrations et les entreprises à visiter les Centres de transparence de Kaspersky pour leur permettre d’évaluer ses codes sources, mises à jour, règles de détection des menaces, processus techniques ou organisationnels, etc. « Nous voulons être toujours là pour assurer à nos partenaires et clients le fonctionnement ininterrompu de nos produits et services. »

L’ambition du fondateur n’a pas changé

« Nous cherchons à leur offrir des technologies de sécurité de pointe qui leur permettent de relever les défis du moment et de préparer les enjeux du futur. » Un quart de siècle après sa naissance, Kaspersky n’a pas peur de la concurrence.

Eugene-Kaspersky

Peu fair-play, certains de ses compétiteurs ont relayé un rapport d’Opswat de 2019 estimant sa part de marché à 7,66 %. Mais ce ratio n’est en rien significatif puisqu’il ne se rapporte qu’au segment des antimalwares. Or la protection antivirus n’est qu’une petite partie de son business qui opère sur un large éventail de services de cybersécurité, incluant la protection avancée contre les menaces, la sécurité des points d’accès ou encore la sécurité dans le cloud.

Affectée, certes, par le contexte géopolitique, Kaspersky est une multinationale toujours dans la course au leadership.

Photo : (De g. à dr.) Tanguy de Coatpont, directeur général Europe du sud ; Catherine Oudot, directrice Channel France ; et Bertrand Trastour, directeur général France, lors de la célébration avec les partenaires