image télécoms

Forte consolidation dans les télécoms en 2021

À coup de fusions, acquisitions et rapprochements, le secteur des télécoms est en pleine ébullition aux niveaux européen, hexagonal et même local. Les acteurs doivent se confronter à une plus forte concurrence nationale et internationale.

Sur le même sujet
Déc 2021
Par Benoît Huet

La consolidation dans le secteur des télécoms se poursuit après le rachat des activités de Coriolis et son demi-million de clients par SFR (groupe Altice qui convoite Eutelsat). En effet, à une échelle moindre mais tout aussi stratégique, l’agrégateur de services télécoms Sewan s’est offert les services d’Ikoula. « Cette acquisition nous permet de compléter notre offre d’hébergement et de renforcer notre souveraineté en bénéficiant de deux data centers en propre », résume David Brette, directeur associé de Sewan. Les offres d’Ikoula seront intégrées à Sophia, le SI automatisé de Sewan, tout comme les équipes (60 personnes chez Ikoula). L’opérateur compte plus de 700 collaborateurs pour un C.A. de 160 M€, tandis que son concurrent Unyc a, lui, effectué un rapprochement stratégique avec Adista sous la houlette du fonds d’investissement Keensight Capital. Ce groupe réalisera ainsi un C.A. de 220 M€ et comptera 900 salariés. Il sera présidé par Patrice Bélie, l’actuel CEO d’Adista. Quant à Damien Watine, fondateur d’Unyc, il continuera à diriger Unyc. En tant qu’actionnaire individuel de la holding, il prendra également part aux discussions et aux choix stratégiques du groupe. Dans ce rapprochement, Adista se focalise exclusivement sur la vente directe sous les marques Adista, Fingerprint et Waycom1 alors qu’Unyc reste dans une stratégie de vente indirecte (marque blanche et distribution).

Les sociétés prenantes se rapprochent notamment pour en découdre avec de nombreux acteurs étrangers

ATTEINDRE LA TAILLE CRITIQUE

La complémentarité a d’ailleurs été un élément déclencheur de ce rapprochement selon Damien Watine. Les offres d’Adista enrichiront en effet le catalogue d’Unyc sous son SI Atlas, lequel hérite des 11 data centers de proximité d’Adista. En juillet 2021, c’était l’entreprise belge AlloCloud (bien présente en France avec un solide réseau de distribution) qui avait été racheté par Telavox, un éditeur suédois d’une plate-forme UCaaS qui compte plus de 230 000 utilisateurs professionnels. Un mois auparavant, Voip Telecom s’offrait l’opérateur Codepi qui compte 150 revendeurs en marque blanche, de quoi étoffer le réseau de distribution de Voip Telecom fort de 250 revendeurs. N’oublions pas aussi les nombreux rachats du groupe Destiny (propriétaire d’OpenIP) dont les français Alliantel, IPLine et les suédois Telepo et Soluno ; sans oublier, en 2020, le rachat de Centile par le groupe néerlandais Enreach, ou encore la cession récente de 26 réseaux fibre Covage à Altitude (propriétaire de Kosc Telecom depuis juin 2020), lequel devient un opérateur fibre de premier plan en France. En région, la rationalisation s’opère également, c’est le cas de FullSave qui a acquis, il y a un peu plus d’un mois, Netiwan élargissant ainsi son maillage notamment en Occitanie. En Paca, l’opérateur B2B Alcatraz IT s’est allié à l’investisseur Siparex Entrepreneurs pour accroître son développement. Ces mouvements ne doivent rien au hasard, le secteur des communications se transforme, la concurrence s’avive et s’intensifie. Toutes les parties prenantes doivent atteindre cette fameuse taille critique, surtout pour en découdre avec de nombreux acteurs étrangers qui convoitent l’Hexagone. Une chose est sûre, à en croire les spécialistes présents sur le salon IT Partners, la consolidation du secteur est loin d’être terminée.

¹ Fingerprint et Waycom ont été acquises par Adista, respectivement en 2020 et 2021.