image visioconférence

Pas de télétravail sans visioconférence

Le distanciel n’est envisageable que si les collaborateurs disposent des outils adéquats comme les solutions de visioconférence. Ces plates-formes qui deviennent une commodité génèrent un business additionnel à prendre en compte.

Sur le même sujet
Août 2021
Par Benoît Huet

Que serait le télétravail sans les moyens de visioconférence ? Plutôt un environnement statique et peu flexible où tous les échanges se feraient par e-mail et par téléphone… En 2021, difficile d’envisager ce type de situation sans vidéo surtout durant la crise sanitaire où les rencontres physiques ont été réduites à néant ; ainsi, les solutions de visioconférence ont comblé une partie de cette lacune. Et ça a plutôt bien fonctionné, il suffit de constater les fréquentations des quatre grandes plates-formes Zoom, Google Meet, Microsoft Teams et Cisco Webex sur lesquels les millions de personnes qui se connectent chaque jour. Dans cette surfréquentation, nombreux sont ceux qui utilisent ces plates-formes gratuitement en contrepartie de fonctionnalités bridées (nombre restreint de connexions, outils additionnels non accessibles, etc.) Pour en tirer la totalité du potentiel, les entreprises, sont, quant à elles, toujours plus nombreuses à investir et à déployer ce type de plate-forme, soit en complément de leur téléphonie traditionnelle, soit – et de plus en plus souvent – en remplacement comme ce fût le cas pour Vinci Immobilier (lire p.120). En effet, pour sa structure Promotion, le promoteur a installé la solution Teams pour ses quelque 750 collaborateurs répartis sur 30 sites en France, en remplacement de son ancienne installation qui péchait par son manque d’agilité, notamment pour le télétravail. Ce projet a été réalisé par Foliateam dont l’équipe Customer Success s’est focalisée sur l’accompagnement. L’objectif était que les utilisateurs qui ont toujours connu une téléphonie plutôt traditionnelle s’approprient ce nouvel outil de communication, et trouvent l’accompagnement dont ils ont besoin, par la formation, webinars ou tutoriels. En outre, les revendeurs proposeront des services additionnels tels que la sauvegarde et la restauration des données en ligne, des outils bureautiques dans le cloud, des solutions de partage et collaboratives comme Box ou Oodrive, etc.

CES SOLUTIONS JOUENT LE RÔLE DE PRODUITS D’APPELS

Enfin, il ne faut pas négliger le business des périphériques et des accessoires que générera la mise en oeuvre de ces solutions. Les casques, les téléphones et même les écrans dédiés et certifiés pour les plates-formes se multiplient. À la fois éditeur et fabricant, Cisco se démarque, par exemple, par une forte intégration de sa plate-forme collaborative et de communication Webex avec sa gamme de casques et de terminaux physiques, comme las érie Desk qui comprend des caméras, des hubs (accueillant le smartphone) et des écrans tout en un. Alors oui, la valeur ajoutée existe encore autour de ces plates-formes même s’il faut bien le reconnaitre, ces dernières deviennent, au fur et à mesure de leur expansion, une commodité.

LES SOFTPHONES REMPORTENT UN SUCCÈS SIMILAIRE
À l’instar des solutions de visioconférence, les plates-formes logicielles de téléphonie comme 3CX, Wildix et autres Starface ou Enreach ont enregistré une hausse de leur fréquentation durant la pandémie. Ces solutions sont, elles aussi, simples à mettre en oeuvre, et offrent une multitude de fonctionnalités omnicanal dont la vidéo. Elles s’intègrent même aux grandes platesformes de visioconférence. Et pour cause, elles sont toutes de plus en plus ouvertes et fournies avec des API dédiées pour faciliter l’interopérabilité avec toutes les applications du marché, même les plus spécifiques. D’ailleurs, plates-formes de visioconférences ousoftphones, elles embarquent toutes de plus en plus de fonctions communes, la frontière entre les deux s’efface progressivement.