PC portable vu de dessus avec mains

Le marché des portables toujours porteur

Le travail à distance ayant convaincu encore plus d’entreprises d’équiper leurs salariés en outils de mobilité, il a ravivé la bataille sur le marché des laptops. Les nouveautés ne manquent pas d’atouts.

Sur le même sujet
Juil 2022
Par Thierry Bienfait

Les ordinateurs portables, ultrabooks classiques ou hybrides, se suivent et se ressemblent. En mieux, à chaque fois. C’est le cas de tous les modèles sortis depuis 2021 présentés dans ce dossier.

Lancés par les slogans « L’art de la mobilité, La portabilité réinventée, Flexible à l’infini, Prêt pour le succès, L’essence de l’élite », ils en jettent. Par leur esthétisme d’abord. Il s’agit en effet de charmer des utilisateurs à la versatilité revendiquée dans l’usage du PC, tant pour le travail que les loisirs.

L’industrie a retenu les leçons du phénomène du bring your own device apparu en 2012. Selon Gartner, 40 % des PC portables grand public commercialisés cette année-là étaient utilisés en entreprise. « Le comportement des consommateurs s’est affirmé. Il devrait profiter aux produits haut de gamme, plus qualitatifs et plus beaux », estimait l’institut d’études. À cette époque, le segment professionnel n’était pas forcément synonyme de marché premium. « Malheureusement pour les fabricants, les sociétés avaient plutôt tendance à privilégier le software et à porter leur regard sur des appareils d’entrée ou de milieu de gamme, plutôt que vers les modèles phares des grandes marques », explique le cabinet d’analystes PAC.

Dix ans après, les cartes sont rebattues. Les ordinateurs pros doivent aussi être sexy. Et Apple n’a plus le monopole du raffinement. Pour répondre aux besoins des consommateurs et afin de se différencier, la plupart des constructeurs capitalisent sur le design. Illustrant cette tendance, le succès des hybrides, à mi-chemin entre PC et tablette, s’est par exemple confirmé. Ces convertibles et ces 2-en-1 détachables, de même que les ultrabooks, ont gagné en finesse. Ils deviennent également de plus en plus légers.

ERGONOMIE INNOVANTE

Nombre de produits jouent la carte du clavier soigné, avec des touches confortables, souples bien espacées et dotées d’un rétroéclairage, ainsi que du trackpad extralarge. D’autres brillent en matière de châssis, avec un bon niveau de finition et une connectique étonnamment complète. Car tous les fabricants ne font pas le même choix : là où certains profitent de l’espace disponible pour y intégrer plusieurs types de ports USB, un connecteur HDMI ou encore un lecteur de carte SD, d’autres optent pour le tout-USB-C (appréciable par sa polyvalence avec la technologie Thunderbolt 3).

300 millions
C’est le nombre de PC portables commercialisés d’ici à fin 2022

Source : IDC, prévision mondiale

Côté robustesse, s’ils dégagent fréquemment une impression de fragilité, la plupart des laptops offrent pourtant une remarquable qualité d’assemblage  conçue pour garantir une solidité appréciable pour les utilisateurs professionnels en déplacement. Le risque de casse apparaît réduit assorti d’une coque en alliage d’aluminium ou en matériaux composites, quand leur écran est en verre renforcé Gorilla Glass de Corning, ou enfin, lorsque leurs charnières sont tout en métal. Par ailleurs, l’intégration du tactile a transformé l’industrie du PC portable. Une multitude de modèles disposent de cette fonctionnalité, permettant notamment de les transformer en tablette en un clin d’oeil.

En outre, beaucoup de fabricants se focalisent sur l’affichage. D’une technologie constituée de dalles IPS LCD ou OLED, l’écran s’est agrandi, son design est sans bordure et la luminosité augmente. Surtout, les résolutions Full HD 1080p, QHD 1440p ou même 4K ont fait leur apparition. En règle générale, les écrans sont calibrés aux petits oignons, dotés de couleurs extrêmement fidèles. Un avantage déterminant quand on fait des appels du pied aux créatifs ou aux pros de l’image. De plus, leur bonne réactivité et leur fréquence de rafraîchissement élevée en font des PC facilement utilisables pour d’autres opérations que celles de bureautique ; par exemple, pour visionner des contenus multimédias. En matière de navigation dans les nombreuses applications fournies avec les appareils, l’interface utilisateur a elle aussi connu un grand changement. Leur intuitivité et fluidité ont été influencées par les smartphones.

Du côté des performances, les constructeurs rivalisent aussi en innovations pour séduire. Les compromis réussis entre légèreté, finesse et puissance sont légion. Autant d’engins qui tirent pleinement bénéfice des composants de nouvelle génération, en particulier des puces haut de gamme. Dans ce domaine, la bonne nouvelle a été d’assister en 2019 au retour en force des processeurs AMD – excellant dans la basse consommation – face aux Intel. Ainsi, la concurrence a fait baisser les prix et augmenter les performances des Ryzen 5, 7, 9 et des Core i5, i7, i9… Le tout est agrémenté d’une efficacité énergétique. Les systèmes de dissipation brillent de plus en plus par leur efficacité.

18,1 %
C’est la hausse des ventes de notebooks favorisées par le télétravail  

Source : IDC

RÉSOLUTION ET AUTONOMIE

Quant aux cartes graphiques, c’est encore Nvidia qui règne en maître. Non seulement la marque présente des GPU aux performances graphiques supérieures, mais elle offre des fonctionnalités logicielles innovantes telles que le DLSS, qui augmente la qualité des résolutions en sortie grâce à l’intelligence artificielle. À cela, il faut enfin ajouter des modèles de plus en plus généreux en autonomie. Leur batteries rendent possible une longévité largement suffisante pour travailler une journée entière, y compris en conditions d’utilisation intensive.

Bien sûr, rares sont les laptops sans aucun point faible, et tous les ultraportables ne se valent pas. Il existe en effet une profusion de composants qui apporteront à l’utilisateur une expérience parfois très variable d’une référence à l’autre. Sans compter les grandes disparités en termes de prix.

Plus de trente ans après la sortie du premier ordinateur portable (l’Osborne 1, avec son écran de 5 pouces, ses 64 Ko de mémoire vive, son processeur 4 MHz… et son poids de 12 kg), les notebooks s’affirment comme plus dynamiques. Ceux-ci sont surtout focalisés sur les modèles dotés d’une diagonale de 15,6 pouces, renouvelés en priorité, au détriment des 13,3 pouces, 14 pouces et 17,3 pouces. Boostées par le télétravail, les ventes ont bondi de 13 % en 2020, et de 18,1 % en 2021, selon IDC. Si le cabinet d’études entrevoit une légère baisse de 2,3 % cette année, il s’agira alors surtout d’une conséquence de la pénurie de semiconducteurs. 

L’ESPÉRANCE DE VIE DES NOTEBOOKS EN AUGMENTATION

Elle n’est pas si lointaine l’époque où garder un ordinateur portable pendant plus de trois ans relevait du marginal. Aujourd’hui, les clients professionnels souhaitent exploiter les produits sur une période plus longue, et les doter d’une seconde voire d’une troisième vie.

Portrait de Jean-Marc Gotero - Evernex

Les marques favorisent donc l’extension de la longévité des portables. Des démarches poussées par de sincères velléités écoresponsables, et par une règlementation comminatoire. Indice de réparabilité ou de durabilité ; présence de 20 % de produits recyclés dans les appels d’offre publics sont autant de catalyseurs pour que les marques adaptent leurs produits. Sans compter la pénurie de composants qui incite aussi à miser beaucoup plus sur le recyclage. « Au cours des cinq derniers exercices, la durée de vie des équipements a gagné environ une année pour atteindre sept ans voire huit ans », explique Jean-Marc Gottero, Head of sales et CRO d’Evernex, spécialiste de la tierce maintenance.

Voilà une tendance forte que le grand public reprend aussi à son compte comme le prouve le succès des smartphones reconditionnés. Et le revendeur ne doit surtout pas considérer cela comme un manque à gagner sur du neuf : l’économie du recyclage et de la valorisation représente aussi un levier de croissance pour le channel.