Collègues en visioconférence

La visioconférence en flex office

Outils devenus indispensables durant la pandémie, les plates-formes de visio ont su s’adapter au travail hybride combinant distanciel et présentiel. Elles vont toujours plus loin dans l’innovation.

Sur le même sujet
Sep 2022
Par Benoît Huet

Quotidiennement, notre plateforme compte 300 millions d’usagers », indique François Familiari, ingénieur solutions chez Zoom France. De son côté, Microsoft avait revendiqué 270 millions d’utilisateurs actifs mensuels de Teams à la fin décembre 2021, contre 250 millions en juillet de la même année. Ces chiffres montrent bien que la fréquentation des solutions de visioconférence ne s’essouffle pas, bien au contraire. C’est ce qu’indique Jean-Christophe Dupuy, directeur de l’entité Microsoft 365 pour Teams : « Nous progressons d’une année sur l’autre, l’ancrage du travail hybride dans l’entreprise est réel même en période postpandémique. D’après notre étude réalisée dans plus de 30 pays, nous enregistrons une progression de 7 points en un an concernant l’usage de notre plate-forme Teams. » Et pour Google, dans ces modes de coopération hybrides qui semblent s’imposer, il est impératif de s’adapter en proposant des interfaces toujours plus simples et intuitives.

L’objectif est aussi de relayer la conférence par la meilleure vidéo possible des intervenants sans discriminer les participants à distance par rapport aux locuteurs présents. Et pour cela, les éditeurs fourmillent d’idées : floutage d’arrière-plan, réduction des bruits ambiants, mise en avant des personnes au premier plan, et généralisation des tableaux blancs pour améliorer le partage et la coopération.

UNE MEILLEURE INTÉGRATION GRÂCE AUX SDK ET API

D’où une intégration de la visio dans les applications de plus en plus avancée. Les développeurs bénéficient d’ailleurs de kits SDK (boîtes à outils de programmation) et d’API. En outre, les solutions de visioconférences s’enrichissent de moteurs intelligents. Exemple, analyser des conversations puis fourniture d’une série d’indicateurs aux décideurs, ou des statistiques qui perfectionnent un deal commercial. Quant à la sécurité des plates-formes, elle est devenue une priorité, notamment dans les échanges (conversations chiffrées). Enfin, les fournisseurs commencent à surfer sur le phénomène du métavers en présentant des environnements immersifs en 3D.

Relayer les conférences par la meilleure vidéo possible montrant de façon égale tous les intervenants, sans distinguer les participants présents et distants.

Pour l’heure, ces technologies prometteuses, issues des laboratoires, ne sont pas encore totalement incluses dans les plates-formes, mais elles préludent à la visioconférence de demain. À en croire nos interlocuteurs, le réseau de distribution jouent un rôle essentiel dans la diffusion des plates-formes, qu’elles soient commercialisées en marque blanche ou non. Le profil du revendeur est protéiforme, du simple apporteur d’affaires ou agent à l’independent software vendor dont la valeur s’ajoute à la conception d’applications grâce aux SDK fournis par les éditeurs.

Certains acteurs comme Cisco ou Alcatel- Lucent Enterprise profitent aussi, en complément de leur plate-forme, de leur savoir-faire dans le hardware (PBX, commutateurs, terminaux et périphériques) pour aider les revendeurs à créer un véritable écosystème autour du coopératif ou de la communication, et améliorer ainsi sensiblement leurs marges.