Le télétravail dope le marché des accessoires

La mobilité dope le marché de l’accessoire

Le nouveau standard de travail hybride favorise le marché des accessoires de mobilité. Les salariés de nombreuses entreprises sont en demande d’équipement pour fournir la même productivité qu’au bureau.

Sur le même sujet
Août 2021
Par Cécile Dard

Le marché a été creux au tout début de la pandémie, mais cela n’a pas duré longtemps puisque les sociétés ont vite eu besoin d’équiper leurs salariés, évoque Thierry Zeitoun, président d’Urban Factory. Il y a eu un rebond postconfinement sur la demande de PC et donc, par ricochet, sur les accessoires webcams, claviers, stations d’accueil, casques, sacs, etc. Avec la mise en route du mode de travail hybride, nous allons continuer sur les accessoires et développer les gammes écologiques ». En effet, la tendance se confirme dans les dernières études : la mobilité se développera encore avec la poursuite du télétravail, en alternance avec le présentiel, selon un mode hybride. Une situation qui bénéficie au marché des accessoires.

Le mouvement ira encore de l’avant avec la poursuite du télétravail, en alternance avec le présentiel

« Le télétravail a tout chamboulé et favorisé les ventes, mais beaucoup de sociétés sont encore sous-équipées. On note un changement de braquet pour un modèle hybride en entreprise », souligne Hervé Berrebi, directeur channel de Port Designs, dont le C.A. monde a grimpé de 30 % entre 2020 et 2021, « et bien plus en France sur le marché B2B pendant la pandémie », confie le directeur channel. Parmi les tendances de la rentrée, le vert prend de plus en plus de place avec la volonté des marques de proposer aux clients des produits plus écologiques et fabriqués localement. « On a constaté un déclic lié à la pénurie de masques chez les clients. Le Made in France est une vraie demande, comme la diminution de leur bilan carbone, juge Marc Fernandez, chez Mobilis. Notre objectif est qu’au moins 20 % de matière recyclée soit inclus dans tous nos produits, d’ici à fin 2021. Le challenge de la rentrée est de convaincre nos clients et les grands distributeurs de faire moins de marge en intégrant ces produits. » Chez Dicota, Jean-Jacques Gabbay veut proposer une gamme fabriquée à 100 % en PET dès cette année, et mise sur une croissance de son C.A. de 50 %. « Nous étions les premiers sur ce créneau, et nous comptons plus de 400 références en PET. Il va falloir équiper les travailleurs mobiles, mais cette fois-ci, c’est anticipé, il n’y a pas d’effet surprise comme en mars 2020. Nous pouvons anticiper les achats et éviter les ruptures », souligne le Country Manager qui prévoit de lancer une vingtaine d’accessoires avant décembre 2021. Tous les acteurs saisissent les effets de la pandémie sur les accessoires en mobilité, pour enrichir ou élargir leur catalogue. « Nous n’avons jamais été aussi proches du point de rencontre avec notre marché, assure Christophe Grasser, directeur marketing et associé fondateur de Naotic. Nous sommes dans le perfect time to market ».

LE FRET MARITIME FAIT DES VAGUES ET ASSÈCHE LE MARCHÉ
La hausse vertigineuse des tarifs de transport maritime touche tous les fabricants d’accessoires informatiques. « En plus de l’épuisement des composants, les compagnies maritimes ont créé une pénurie artificielle de containers dont les coûts ont été multipliés par 10 au moins, affirme Marc Fernandez, chez Mobilis. Cette augmentation existait déjà en fin d’année dernière, mais la situation s’est déteriorée par le blocage dû à des cas de Covid-19 trouvés en Chine. » « Nous travaillons sur des solutions alternatives, à la fois logistiques et industrielles pour pallier cette situation qui, si elle perdure, aura des incidences sur les business modèles », confirme Thierry Zeitoun chez Urban Factory.