Teletravailler dans son salon

Gros coup d’accélerateur sur le télétravail

Avant le confinement, seulement 3 % des salariés pratiquaient le travail à la maison. La crise sanitaire a dopé cette pratique qui change les besoins des utilisateurs et les ventes des partenaires.

Sur le même sujet
Sep 2020
Par Cécile Dard

Selon un sondage Opinionway¹, 40 % des actifs souhaitent continuer à télétravailler après la crise de la Covid-19. C’est aussi une volonté côté management où beaucoup de réticences ont été levées cette année. « Tout le monde se prépare à un gros changement de mentalité et de perception du télétravail, confirme Bertrand Pourcelot, directeur général de Centile. Cela va changer les usages. Nous allons noter une recrudescence de demandes pour améliorer le confort afin de rester agiles et flexibles pour l’avenir. » Un constat semble-t-il général : « Nos clients ont modifié leur opinion à propos du télétravail. Le sujet existait mais n’était pas ancré dans la culture française. Beaucoup de partenaires et clients y voient une nouvelle approche de l’entreprise. L’appréhension vis-à-vis du travail à la maison a disparu », pense Benjamin Colin, directeur de la division Asus Business. L’enjeu semble encore plus large pour séduire les jeunes. « Pour les nouvelles générations, la notion de télétravail est tellement significative qu’elle devient un critère de sélection. Le travail n’est pas l’endroit où l’on va mais ce que l’on fait », souligne Denis Pioletti, responsable catégorie PC professionnels, chez HP. Pour Sébastien Brulé, manager de la gamme Smart Office de Lenovo, il s’agit-là d’un véritable enjeu pour l’avenir : « Près de 60 % des effectifs des entreprises sont de la génération Z ou des Millenials. Ils sont attentifs aux conditions de travail, et attendent des solutions adaptées aux nouveaux besoins. Le design et les fonctionnalités leur parlent. » Cette tendance de fond invite constructeurs et revendeurs à adapter leur offre, laquelle bénéficie déjà aux portables et aux outils collaboratifs, au détriment des ordinateurs de bureau.

VENTES DES PORTABLES EN HAUSSE

Comme prévu, les chiffres de livraisons mondiales de PC au premier trimestre 2020 sont en baisse, avec un recul de 9,8 % selon IDC. En contrepartie, les ventes d’ordinateurs portables sont en hausse chez les constructeurs. « Autour du travail, on parle de mobilité et d’ordinateur portable. Le desktop ralentit, il perd sa dynamique alors qu’il était plutôt fort. Cela va redynamiser encore le marché du travail nomade. On peut s’attendre à un basculement, souligne Benjamin Colin, chez Asus. Nous écoutons nos revendeurs proches de nos clients. À plus long terme, ceux-ci se poseront des questions lors du renouvellement de leur parc, même si les portables sont plus chers. » Asus mène ainsi avec ses revendeurs une réflexion sur l’entreprise de demain autour du home office, du flex office et du grab-and-go, des ordinateurs en libre-service dont l’ensemble des données sont hébergées dans le cloud. Nous devons aider nos partenaires revendeurs à encourager leurs clients à se transformer en prémâchant les messages. Nous voici dans une logique d’usage. Nous sentons la dynamique durer depuis fin mars 2020, à des rythmes différents, mais avec un besoin de mobilité et de continuité du travail. Le point clé a aussi été notre offre de clavier avec pavé numérique sur PC ultraportable pour saisir les chiffres comme avec un clavier complet », détaille Benjamin Colin chez Asus. Pour ce constructeur, le numpad a transformé l’approche bureau, et une nouvelle dynamique s’est créée sur les écrans dotés de webcam pour les outils collaboratifs. « Le marché de la webcam a explosé durant la période de mars à avril 2020 alors qu’il était presque à l’arrêt auparavant en France, indique-t-il. Les méthodes changent aussi et s’adaptent au contexte. Nous devons éveiller les usages avec des approches marketing adaptées, par téléphone et Teams. Dans le commerce de demain, sans poignée de main, la mise en place d’outils pour communiquer avec des webinars sera aussi plus développée pour nos partenaires. »

Benjamin Colin - Asus

« Les clients s’interrogeront lors du renouvellement de leur parc, même si les portables sont plus chers »

Benjamin Colin, directeur de la division Asus Business

L’USAGE AVANT TOUT

Chez HP aussi, le discours auprès des revendeurs est axé sur l’usage et la mobilité « Nous encourageons nos partenaires à créer des bundles télétravail avec un second écran et une imprimante personnelle. Il doivent être dans la logique de l’équipement le plus urgent, un ordinateur ne suffit pas. Un second écran augmente de 40 % la productivité du salarié », souligne Denis Pioletti, Manager Business Personal Systems Category, chez HP. Et le constructeur constate le même basculement : « Historiquement, de 55 % à 65 % du matériel vendu était du portable, ce ratio s’approche de 70 %. Pour le PC, nous ne prévoyons pas de baisse du volume, même avec une décroissance annoncée de 8 % à 10%. Cette dynamique entraîne un gain potentiel pour nos revendeurs puisqu’ils s’achètent 100 € à 200 € plus chers, et se revendent 200 € à 400 € de plus qu’un desktop».

Denis Pioletti HP

« Les partenaires doivent se situer dans la logique de l’équipement le plus urgent »

Denis Pioletti, Manager Business Personal Systems Category, HP

¹ Sondage OpinionWay – Square Management pour « Les Échos », mai 2020.