Portrait de Bertrand Trastour - Kaspersky

“Notre Mot d’ordre est performance, agilité et résilience” – Bertrand Trastour, DG Kaspersky France

Sur un marché de la cybersécurité très atomisé, le nouveau patron de la filiale française devra s’atteler à de nombreux chantiers.

Sur le même sujet
Mar 2021
Propos recueillis par Thierry Bienfait

Depuis janvier 2021, vous présidez aux destinées du bureau français. De quels résultats héritez-vous, et quelles activités se portent le mieux ?

Les résultats de Kaspersky en France sont globalement en progression. En 2020, nous avons enregistré une croissance de 40 % de notre C.A. dans le business model MSP, suite à la mutation de Kaspersky. Dans le secteur de la Threat Intelligence, nous avons même connu une hausse de 163 % en 2020 par rapport à 2019. Nous manifestons de très grandes ambitions sur ce marché. Au regard de l’évolution de la cybermenace, l’antimalware et les solutions endpoint classiques gardent leur pertinence mais se révèlent insuffisantes. Kaspersky met donc le focus sur des offres EDR, disponibles on-premise ou dans le cloud, apportant aux clients un niveau de sécurité plus élevé. Kaspersky EDR Optimum fait partie des produits que nous poussons le plus. Cette solution répond aux attentes de tous types de sociétés.

« Kaspersky France dispose d’une équipe bien structurée et compétente, prête à agir »

Quels leviers allez-vous actionner pour rééditer les performances réalisées par Kaspersky France ces dernières années ?

Au niveau du groupe, Kaspersky recrutera en 2021 plusieurs centaines d’ingénieurs pour sa R&D, afin d’accroître la performance de ses solutions. Pour la zone France et Afrique, nous voulons renforcer notre force de vente. L’un de nos objectifs, par exemple, est de développer notre présence au Maroc pour résister à la concurrence, en cette période de confinement où les pays se replient. Kaspersky capitalise sur l’Afrique où la croissance sera la plus significative.

La vente de solutions basées sur la blockchain et la sécurisation de l’Internet des objets et des systèmes industriels, figurent-elles toujours parmi vos axes stratégiques ?

Kaspersky entend continuer de porter son attention sur ses solutions Polys ou Verisium, qui s’appuient sur des technologies de blockchain, pour le vote électronique et la lutte anti-contrefaçon, respectivement. Toutefois, avant d’envisager un déploiement massif, il faudra nous assurer d’être totalement en conformité avec le cadre réglementaire en Europe et en France. Quant aux offres Kaspersky Industrial CyberSecurity, elles restent des produits absolument majeurs dans notre catalogue, et répondent à un véritable besoin sur le marché. Cependant, beaucoup de projets, très structurants et très complexes, ont dû être reportés en raison de la crise. Kaspersky mettra de plus en plus l’accent sur ce segment dans les prochaines années.

Allez-vous réorganiser votre équipe exécutive et le partenariat avec les revendeurs intégrateurs pour mener Kaspersky France vers une prochaine phase de croissance ?

Kaspersky s’appuie et continuera de s’appuyer sur un réseau de system integrators pour se développer. Beaucoup nous rejoignent, comme Sopra Steria. D’autres partenaires montent en puissance dans les certifications, afin notamment de mieux répondre aux attentes des grands comptes. En interne, une réorganisation n’est pas prévue. En effet, Kaspersky France dispose déjà d’une équipe bien structurée et compétente, prête à agir dans la continuité. Notre mot d’ordre pour 2021 est performance, agilité et résilience. La seule évolution concerne notre découpage de la zone Europe en trois grands blocs. Ils développeront des synergies et partageront les meilleures pratiques mises en oeuvre dans ces marchés.

BIO EXPRESS
Diplômé de l’IHEDN et d’Audencia Business School, Bertrand Trastour dispose de vingt-cinq ans d’expérience en commerce et management dans le secteur informatique. Son parcours l’amène à occuper des postes d’ingénieur commercial et de responsable des ventes chez Stormshield, Citrix Systems, Avanquest Software ou Asap Software. En 2013, il rejoint Kaspersky, en tant que responsable des ventes grands comptes, puis est nommé directeur des ventes B2B en 2018. Depuis le 1er janvier 2021, il occupe le poste de directeur général de Kaspersky France, Afrique du Nord, de l’ouest et centrale.