Portrait de Benjamin Revcolevschi - Fujitsu

“Nos bureaux incarnent la cocréation”

Il arrive qu’un déménagement change la perspective. C’est le cas de Fujitsu France qui inaugure de nouveaux locaux. Une décision qui intéresse le channel.

Sur le même sujet
Nov 2021
Benjamin Revcolevschi DG de Fujitsu France - Propos recueillis par Pierre-Antoine Merlin

Fujitsu France vient de quitter Asnières pour s’installer à la Défense. Pourquoi ?

Il y a plusieurs raisons, dont une réflexion approfondie sur l’entreprise du futur. D’abord, si nous avions voulu rester dans notre siège d’Asnières, il aurait fallu améliorer l’attractivité des locaux pour nous-mêmes, pour nos partenaires, et bien sûr pour nos clients. L’endroit était assez mal desservi, et il fallait s’y rendre en voiture, ce qui n’était pas vraiment écologique. Et puis, on manquait de lieux pour se retrouver, pour passer du temps ensemble. Et surtout, nous voulions des locaux mieux adaptés au nouveau Fujitsu, qui est fondé, plus que jamais, sur l’agilité, le digital et la cocréation. Pour résumer : soit nous rénovions nos locaux, soit nous en changions. On a décidé de changer.

Dans quel esprit concevez-vous cette installation au sein de la tour Alto ?

Depuis que la pandémie s’est déclenchée, l’organisation et la vie professionnelle bougent beaucoup. Les effets sont de plusieurs ordres. Avec le télétravail, le temps de transport diminue. On reprend des habitudes perdues, on refait du sport – par exemple, je me suis remis à courir le matin. D’une façon générale, le salarié retrouve de l‘autonomie, de la latitude et de la liberté dans sa façon de gérer son emploi du temps.

Concrètement, comment sont organisés les bureaux ?

La superficie est constituée à 60 % d’espaces collaboratifs. Il s’agit de salles de cocréation, de pièces modulaires, toutes innovations grâce auxquelles nos collaborateurs s’adonnent au brainstorming sur des sujets diversifiés. Le reste de l’espace, lui, est occupé par des bureaux organisés par pôles d’expertise. L’objectif est que l’expérience de travail ressentie par chaque salarié soit personnalisée en fonction de son métier. J’ajoute que, lorsqu’on quitte le télétravail pour venir au bureau, il faut pouvoir retrouver ses collègues, les voir, discuter avec eux. Sinon, cela n’a aucun intérêt ! D’où cette volonté de bien travailler l’ergonomie en amont. Nous sommes donc sur deux étages, reliés par un escalier pour ne pas être obligés d’appeler l’ascenseur. À chaque étage, on trouve les métiers du groupe, de manière à casser les silos. Je tiens aussi à ce que l’on puisse travailler debout ou assis, agrémenté d’une éventuelle adaptation. Et ainsi de suite, car ici tout est fluide, rond, avec des espaces sans jamais d’angle mort. C’est très bien fait. Dernière chose : tous les vendredis, on se réunit pour savoir qui sera là la semaine suivante.

« Tous les vendredis, on se réunit pour savoir qui sera là la semaine suivante »

Parlons de l’actualité des salons et évènements Fujitsu. Allez-vous réitérer ActivateNow en 2021 ?

L’automne dernier, en effet, nous avons tenu cet événement d’un genre nouveau, totalement numérique. Il s’agissait d’accompagner les acteurs de notre chaîne de valeur, par des technologies telles que l’IA, le calcul haute performance ou encore la recherche quantique. Cette année, nous réitérerons l’expérience. ActivateNow se déroulera donc, toujours en mode numérique, les 14 et 15 octobre 2021. Il tournera autour des thèmes du développement durable et de la transition énergétique. Avec ou sans le Fujitsu Forum de Munich en ligne de mire ? L’année dernière, ce forum n’a pas eu lieu pour les raisons connues. Pour cette année, je ne sais pas. C’est un rendez-vous traditionnel de Fujitsu, il est vrai, et cela constitue en soi un élément différenciateur. Mais, encore une fois : je ne sais pas. Sur le principe, en revanche, on va sans doute revenir à des évènements physiques.

BIO EXPRESS
Né à Paris en 1974, Benjamin Revcolevschi affiche déjà un parcours complet et diversifié. Qu’on en juge. DEA d’économie obtenu à Paris-Dauphine, puis X-Télécom (tout de même), et l’entrée au Boston Consulting Group. Puis, il plonge dans le business opérationnel avec un poste à haute responsabilité chez SFR Business Team, où il devient le directeur des services, du cloud et des objets connectés. Cet amateur éclairé de football, de théâtre et de course à pied est désormais un manager reconnu par ses pairs. Et il aime les gens – une qualité qui lui est fort utile pour accompagner le nouveau Fujitsu dans la symbiose de la techno, du business et de l’humain.