Portrait de Arnaud Laugier - Eaton

Mieux tirer parti de l’industrie 4.0

Beaucoup connaissent l’industrie 4.0, mais les fausses idées persistent. Surtout lorsqu’il s’agit de sa mise en oeuvre dans les installations industrielles, en particulier en environnement numérique.

Sur le même sujet
Août 2022
Par Arnaud Laugier, directeur marketing, Eaton

Dans les environnements analogiques, c’est-à-dire dépourvus d’appareils intelligents, il faut d’abord définir les priorités facilement applicables. On pensera aux alarmes intelligentes, ou aux interfaces fonctionnant à l’aide d’équipements existants. L’important est de rester simple, et de préparer une feuille de route qui tienne compte de facteurs tels que l’évolutivité, la cybersécurité, le coût d’investissement et la charge d’exploitation, sans oublier la formation et la gestion du changement. Même pour les sites prééquipés de dispositifs intelligents, de nouveaux capteurs et instruments dotés d’indicateurs de diagnostic, de santé et de performance sont disponibles. Ils sont utilisables pour fournir des avertissements et prévenir les pannes ou interruptions de service. En déployant des appareils de terrain et de communication, ainsi que des infrastructures supplémentaires, la compréhension des équipements et des opérations se trouve améliorée. Ainsi, les données et analyses fournies sont plus efficaces.

« Mettre les données en contexte et obtenir des informations converties en actions » 

SAAS OU ACHAT FERME ?

Ces informations sont utilisables pour développer des jumeaux numériques, des éléments de réalité augmentée et d’autres options de visualisation favorisant l’efficacité et la fiabilité. Même en utilisant déjà des API, un système de commande distribué ou encore un ERP, certaines données pertinentes qui n’étaient pas visibles dans le système de contrôle existant, sont alors mises en lumière. Grâce à l’industrie 4.0, on recueille et valorise des informations supplémentaires, puis on les transforme en perspectives concrètes et intéressantes.

Moult produits, logiciels compris, ont évolué vers l’as a Service, qui implique un abonnement plutôt qu’un achat ferme. Ce modèle présente des avantages, comme l’accès à une infrastructure technologique à faible coût d’entrée. Il réduit l’investissement initial par une répartition sur des dépenses d’exploitation prévisibles et constantes, selon la longévité des actifs et des équipements critiques. Car, lors d’un abonnement, c’est le fournisseur de logiciels, et non les départements informatiques ou techniques, qui prend la responsabilité de la maintenance et de la mise à niveau. Comme les systèmes sont basés sur un environnement cloud, leur reprise après sinistre nécessite un effort moindre qu’in situ.

VALORISER LES DONNÉES EN LEUR DONNANT DU SENS

Le cloud permet d’optimiser les opérations grâce à l’analyse de la data, à la reconnaissance des formats, à la classification et aux techniques adaptatives. Objectif : mettre les données en contexte et obtenir des informations converties en actions. S’ils ne sont pas nouveaux, les outils de l’intelligence artificielle et du machine learning se généralisent dans les services cloud. À propos des données, il est important de penser à la transparence et à l’interconnectivité. Pour les utilisateurs du système, peu importe où elles se trouvent, tant qu’ils y accèdent à tout moment et en tout lieu, et dans le format, la résolution et le détail appropriés. Disposer d’un dépôt central contribuera donc à réunir les informations numériques, et à fournir des programmes grâce auxquels les utilisateurs agiront sur ces dernières.

En conclusion, de nombreux facteurs sont à prendre en compte pour aborder sereinement et efficacement l’industrie 4.0. Doté d’une vision adéquate des informations nécessaires à l’amélioration des opérations de l’entreprise, il est possible de déployer l’innovation numérique, et ce, à l’avantage de tous. Le gain de temps et de productivité est au rendez-vous. Les acteurs de la chaîne de valeur ont tout à y gagner. 

BIO EXPRESS

Depuis plus de deux décennies, Arnaud Laugier cherche à mettre son expérience et sa passion du marketing au service des acteurs de l’industrie. Il a apporté sa contribution à la sécurité électrique, aux solutions de traçabilité produits, au sanitaire, au chauffage ou encore à l’automobile. À travers ce parcours extraordinairement diversifié se retrouve une spécialité constante, à savoir la recherche du bénéfice client. Celle-ci s’exerce dans les domaines cruciaux de l’optimisation des coûts d’exploitation, l’amélioration de la connectivité, et la protection des cadres et employés.